thème : Lutte
Réagir (0)Covoiturage EnvoyeriCalPartager

vendredi 1er décembre 2017 à 20h

Spectacle: Théâtre ‘Colon(ia)loscopie’

Théâtre ‘Colon(ia)loscopie' - Quand le théâtre dénonce avec humour les abus du colonialisme

Quand le théâtre dénonce avec humour les abus du colonialisme. Cie Ah Mon Amour et le CNCD-11.11.11 vous invitent à venir voir la pièce de théâtre « Colon(ia)loscopie » et en débattre ensuite avec les comédiens.

Faire campagne sur la Justice Migratoire, c'est aussi aborder les préjugés, les ressentis qui s'enracinent dans une histoire récente mais encore peu connue qu'est celle de la colonisation.

Abordée de manière drôle et grincante, Colon(ia)loscopie revient par touches bien balancées sur le passé colonial de la Belgique, un sujet qui ne figure pas au programme scolaire et qui à défaut d'y entrer par la grande porte pourrait le faire par la fenêtre, celle qu'ouvre si souvent le théâtre.

Colon(ial)oscopie établit de réels parallèles entre l'attitude des Blancs vis-à-vis des Noirs et celle de la mère, Geneviève Voisin, une narratrice bien campée, et le vin de palme aidant, de plus en plus déjantée, et sa fille timorée, Justine Verschuere Buch.

Synopsis

Deux personnages, une mère et sa fille, ébouriffés et décoiffants, empâtés et empétrés, s'épanchent avec jubilation et sans modération sur notre passé colonial… Ah, ah, ah, on savait rire en ces temps bénis des colonies !

« Chers Amies et Amis de toujours, « L'Amicale des Anciens d'Afrique » a le plaisir de vous convier ce soir à une conférence tenue par Son Excellence l'Ambassadeur de Belgique à Kinshasa sur les nouveaux potentiels des marchés en République Démocratique du Congo.

En sus, nous sommes fiers et heureux de vous annoncer que Fabiola de Potter Dardois, fille, petite-fille et arrière-petite-fille de colons, et sa jeune fille Paola, qui comme vous le savez vouent une admiration sans égale à la grandeur de « l'œuvre civilisatrice coloniale » ont tenu, gracieusement, et nous les en remercions, à assurer la première partie de cet évenement majeur de la vie associative nationale. En apéritif elles proposeront donc au public venu assister à la conférence un récital d'authentiques chansons « coloniales et exotiques ». On ne s'en lasse pas. Ô nostalgie quand tu nous tiens ! »

Racisme ordinaire, situations sarcastiques et drolatiques, les tensions Nord-Sud s'incarnent avec un humour sauvage et ravageur dans un rapport mère/fille. Dévoilant les violences physiques et morales, les moiteurs érotisantes, les relents nauséabonds, les vérités et contre-verités de notre passé colonial, ce qui devait n'être qu'un joyeux récital de chansons laisse progressivement place à un amer mais jouissif règlement de comptes familial… et national. Gare aux déflagrations et aux effets collatéraux…

Source : message reçu le 29 septembre 16h

Réagir

informations complémentaires et commentaires ajoutés par les lecteurs du site

Réagir

Soyez le premier à réagir